Conservatoire de Bruxelles

Publié par andredubus le lun 11/06/2018 - 15:54
Question à Monsieur Rudy Demotte, ministre-président

M. André du Bus. – Monsieur le Ministre-Président, je désirerais faire le point sur l’état d’avancement du projet de rénovation du Conservatoire de Bruxelles, dossier que nous traitons depuis plusieurs années. J’ai  bien sûr pris connaissance des dernières discussions qui se sont tenues sur le sujet au printemps dernier. Je les rappelle brièvement.

Une société anonyme du Conservatoire de Bruxelles a été constituée. Trois actionnaires la composent: la Régie des bâtiments, la Fédération Wallonie-Bruxelles et, pour la Communauté flamande, la société anonyme School Invest. Chacun y a investi un capital de 500 000 euros, ce qui est conforme aux engagements annoncés depuis longtemps. Leur objectif est d’organiser la restauration du bâtiment, de la réaliser et d’en assurer le suivi.

Cela étant, malgré la clarté des missions et l’urgence d’avancer, vos derniers propos n’étaient pas très rassurants. En effet, des tensions au sein du conseil d’administration semblaient hypothéquer l’avancée rapide du dossier.

Pouvez-vous faire le point sur les dernières décisions de la société anonyme chargée de la rénovation du Conservatoire de Bruxelles? Les tensions existantes au sein du conseil d’administration se sont-elles apaisées? Pour rappel, l’une des premières décisions qu’il s’était fixées consistait à établir une étude technique et un cahier de charges relatif aux travaux. Les éléments nécessaires au lancement de cette étude sont-ils en passe d’être réunis? Avez-vous des garanties sur le respect du calendrier qui prévoit le début des travaux en 2022?

M. Rudy Demotte, ministre-président. – Monsieur le Député, votre question me permet de faire le point sur l’avancement de ce dossier qui nous paraît sensible à l’unanimité. Comme je l’ai déjà rapporté devant cette commission, différentes interventions inopportunes ou bien maladroites étaient survenues au sein du conseil d’administration de la société anonyme, laissant penser que certains membres souhaitaient revenir sur les décisions qui avaient permis la création même de la société.

Je pense notamment à la question du financement des travaux, mais également au rôle que doit jouer Beliris.

Voilà pourquoi, en février dernier, j’ai engagé les parties à maintenir l’état d’esprit qui avait prévalu lors des négociations, loin de toute interférence dans ce dossier. Lors de la dernière réunion du conseil d’administration, qui s’est tenue le 18 avril dernier, nos administrateurs ont eu l’occasion de rappeler les différentes balises que nous avions mises en exergue, entre autres l’exclusion de la piste Design, Build, Finance, Maintain (DBFM) conformément à ce qui avait été admis par l’ensemble des parties lors des négociations, ou bien encore l’importance de laisser la procédure lancée par Beliris poursuivre son chemin. Aujourd’hui, nous sommes des acteurs très attentifs dans ce dossier.

Nous continuons à adopter une position que je qualifie de constructive, au sens propre comme au figuré, pour le faire aboutir. Dans cet esprit et afin d’être totalement rassuré quant aux intentions de tous, je vous invite à me réinterroger dans les semaines qui viennent, puisque l’assemblée générale est en effet prévue très prochainement afin, notamment, de faire le point sur l’étude du masterplan lancé par Beliris et qui sera bientôt attribué, je l’espère. Comme vous le savez, c’est bien en fonction de cette attribution que nous pourrons vérifier si le calendrier que j’évoquais en février reste pertinent. Il suppose un début des travaux à la mi-2022 et un aboutissement dans le courant de l’année 2024.

M. André du Bus. – Ces éléments de réponse sont rassurants. Il semble en effet que les tensions sont moins importantes, même si nous ne sommes jamais à l’abri dans ce domaine. Cela étant, j’en profite pour vous demander de faire passer un message à vos représentants. Il convient en effet qu’ils fassent preuve de la plus grande détermination afin de respecter le calendrier. Les réunions, le conseil d’administration et ces assemblées générales que vous annoncez représentent un réel espoir pour une série de membres du Conservatoire, entre autres, mais aussi de Conservamus. Ceux-ci attendent des décisions claires et fermes, ainsi que le respect des engagements qui ont été pris. Vos représentants ont donc aussi un rôle essentiel à jouer à ce sujet.