Rénovation du conservatoire de Bruxelles

Publié par andredubus le lun 11/03/2019 - 17:47
Question Monsieur Jean-Claude Marcourt, vice-président du gouvernement et ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de promotion sociale, de la Recherche et des Médias

M. André du Bus. – Monsieur le Ministre, la fin de la législature approche et, avec elle, l’heure des bilans. J’interroge régulièrement le ministre-président sur une série de dossiers, parfois de législature en législature, et celui qui concerne le conservatoire de Bruxelles ne fait pas exception. Sa grande particularité est qu’il dépasse les seules compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles, puisque la société anonyme (SA) chargée de la rénovation se compose de trois actionnaires que sont la Communauté flamande, la Communauté française et Beliris.  Toutefois, ceci ne doit pas nous empêcher d’être volontaristes et proactifs afin de respecter les délais fixant la fin des travaux à 2024.

Le dernier échange à cet égard remonte à octobre 2018, mois de scrutin communal choisi par le ministre Reynders pour annoncer, en solo, la désignation de l’association momentanée des partenaires Origin, Architecture et construction entre rêve et réalité (A2RC) et Frederic Vandoninck Wouter Willems (FVWW) pour effectuer l’étude préalable à la restauration. Un budget de 2,35 millions d’euros avait été annoncé par Beliris pour mener à bien cette première étape qui devait durer un an.

Pouvez-vous faire le point sur le projet de rénovation du conservatoire de Bruxelles? Toute initiative est-elle mise en suspens en attendant les résultats de l’étude que je viens d’évoquer? Une assemblée générale s’est-elle tenue dernièrement? Quelles sont les dernières décisions prises par le conseil d’administration?

M. Jean-Claude Marcourt, ministre. – M. Demotte vous remercie de lui donner l’occasion de faire le point sur un dossier complexe réunissant de multiples partenaires et que vous suivez pas à pas, étape après étape. Il tient, cependant, à vous rassurer sur un point en précisant que ce n’est pas parce que la rénovation effective du conservatoire de Bruxelles est prévue sous la prochaine législature que l’activité de la SA s’arrête pour autant. En effet, à l’instar des conservatoires qui continuent à fonctionner, la SA poursuit sa mission.

Concernant sa composition, en vertu du principe de rotation qui a été adopté, la présidence de la SA incombe actuellement au pouvoir fédéral et est assurée par M. Jean-Pierre Schaeken Willemaers, et non plus par M. Hubert De Smedt-Jans, membre du cabinet de l’ancien ministre Jan Jambon. La représentation de la Fédération Wallonie-Bruxelles a également connu des modifications et est désormais assurée par Alexis Simon et Thierry Zeller.

S’agissant de l’activité de la SA, beaucoup d’énergie et de temps sont consacrés à mettre en œuvre une organisation de travail efficace. Ceci n’est pas chose aisée dès lors que, dans le but de limiter les dépenses de fonctionnement, il revient aux administrateurs d’apporter leurs compétences, notamment en matières juridique ou de comptabilité.

Au-delà de ces efforts de gestion quotidienne, les dossiers qui occupent aujourd’hui les membres sont ceux qui portent sur le contrat d’assurance et le suivi du transfert de l’immeuble de la Régie des bâtiments vers la SA. Il revient également à cette dernière d’assurer le suivi de l’étude «Masterplan» lancée par Beliris.

L’équipe d’auteurs de projets a présenté l’état d’avancement des travaux au début de cette année. L’étude couvre, dans un premier temps, des éléments techniques, tels que des essais acoustiques et l’analyse des systèmes constructifs, ce qui inclut des essais de sol, des analyses de matériaux, un examen phytosanitaire des structures en bois et des études stratigraphiques de décors.  Viendront ensuite l’étude du plan directeur, l’étude des variantes ainsi que l’étude finale détaillée en synthèse.

M. Demotte souligne qu’en dépit des difficultés rencontrées au démarrage, qui ont été surmontées, et malgré la complexité de l’opération, le dossier avance. Il prendra corps sous la prochaine législature, certes, mais avec la ferme volonté d’aboutir.

M. André du Bus. – Je vous remercie pour votre réponse et prends bonne note des éléments communiqués par le ministreprésident. J’espère que d’autres parlementaires continueront de suivre ce dossier à partir du mois de juin prochain.